Accueil > News > Homosexualités, l’adieu aux normes

Homosexualités l’adieu aux normes

L’auteur nous rappelle que l’histoire militante et politique du combat pour la reconnaissance des droits des LGBT est récente : la première association Arcadie date de 1957 ! Mai 68 étant indifférent au sort des LGBT le FHAR s’est créé (Front homosexuel d’action révolutionnaire) puis les Gouines Rouges dans les années 70, le CUARH (Comité d’urgence anti-répression homosexuelle), les GPL (Gais pour les libertés), ACT’UP, puis de multiples associations locales dans les années 90 (dont Couleurs Gaies à Metz). Ces mouvements combatifs ont pu rendre envisageable l’affirmation individuelle, notamment par la sortie du placard : une véritable et courageuse épreuve initiatique. Intransmissible. Unique. Pour accéder à une nouvelle conscience et affirmation de soi pour être libre. Oui, le coming-out constitue un acte militant.

Le militantisme LGBT ne s’est évidemment pas arrêté à l’obtention du PACS en 1999 (l’auteur y apportant par ailleurs une critique originale) : il faut toujours se battre car les mentalités et les décisions politiques en faveur de la liberté et de l’égalité n’évoluent pas seules… L’occasion n’a pas manqué concernant le mariage pour tous. Jacques FORTIN évoque enfin la lutte idéologique, celle contre l’homophobie qui nécessite la déconstruction des genres car « rien dans les comportements sociaux n’est inné, rien n’est naturel. Tout est transmis, appris, inculqué. » Une position loin de faire l’unanimité au vu des récentes attaques par des mouvements traditionalistes notamment contre les « ABCD de l’égalité » de l’Education Nationale, programme scolaire visant à lutter contre le sexisme et les stéréotypes de genre.

Vous l’aurez compris : « L’adieu aux normes » n’est pas encore pour demain.

Vincent M.

Les derniers articles :