La question homo en littérature

La littérature foisonne d’ouvrages donnant vie à des personnages principaux ou secondaires homosexuels -parfois homophobes-, permettant aux auteurs de glisser des messages bienveillants –ou non- sur la question, et horrifiant au passage des libraires frileux de placer ces ouvrages en question en tête de gondole. Il est arrivé que des parents outrés de lire une quatrième de couverture faisant simple mention du mot « homo » écrivent un roman de six pages à l’acheteuse en chef d’une enseigne connue et reconnue. Croyez-moi, l’auteur de ces lignes en a été le témoin.

Pour autant, il est une satisfaction à partager aujourd’hui. L’homosexualité n’est plus forcément LE sujet du livre –ou d’une série, d’un film– mais une banalité comme une autre, un fait, une caractéristique descriptive sans flonflon. Symbole s’il en est qu’enfin les couples de même sexe sont moins stigmatisés qu’autrefois, qu’ils ne sont plus au cœur d’une intrigue pour ce qu’ils sont mais par ce qu’ils font, comme un citoyen lambda. Moi, j’aime bien cela, ça me fait du bien de choisir une série pour l’idée générale, le fond du sujet, mais avec aussi l’agréable surprise d’y découvrir des personnages qui me ressemblent, qui vous ressemblent.

Alors oui, bien sûr, il est toujours des moteurs de recherche, sites de libraires, de bibliothèques ou centres de ressources qui permettent de trouver un livre dont l’un des sujets est l’homosexualité. Encore heureux ! Pourquoi ? Parce qu’ils permettent aux parents d’enrichir leur bibliothèque personnelle d’ouvrages magnifiques, dans lesquels les personnages principaux vivent une vie à laquelle il est facile de s’identifier, une vie qui interroge des sujets au-delà de la seule question de « pourquoi je n’ai pas de papa ou -de maman- moi ? ». Cette bibliothèque personnelle, nous allons la découvrir ensemble au fil des semaines. Régulièrement, dans cette rubrique, il sera question de littérature avec ou sans personnage homo, mais avec un fond qui m’a interpellé. C’est bien là l’intérêt de la littérature, non ? Peut-être ces choix susciteront-ils chez vous de l’intérêt, ou pas. Si c’est le cas, ne jetez pas la pierre au messager et courez dans la bibliothèque la plus proche pour vous faire votre propre idée !

Comme premier coup de cœur, et pour déroger à tout ce que vous venez de lire, ouvrez les quelques pages illustrées de Jean a deux mamans, d’Ophélie Texier. Un livre cartonné pour lire avec son tout-petit une histoire de deux mamans, Jeanne et Marie, qui ont eu ce petit Jean. Alors oui, certaines situations pourraient être taxées de clichés sexistes -une maman qui porte et une qui fait les travaux, une qui pêche et l’autre qui cuisine- mais allons bon, voyons cela comme un partage des tâches du quotidien. Ce petit livre s’offre, se lit, se partage pour évoquer l’amour plus fort que tout menant à la construction d’une famille. Vous pouvez aussi prolonger le plaisir pour les enfants un peu plus grands (3-4 ans), avec Mes deux papas, de Juliette Parachini-Deny et Marjorie Béal. L’histoire de deux oiseaux qui adoptent un œuf, et élèvent l’oisillon avec amour et bienveillance.

D’Doc
[ Crédit photo couverture: Jannoon028 / Freepik.fr ]