Avec ce cinquième article sur les portraits de femmes, nous mettons à l’honneur Thérèse Pierre, résistante française, et Roberta Cowell, passionnée d’automobiles et première femme trans à effectuer une chirurgie de réassignation en Angleterre. 

9. Thérèse Pierre 

Thérèse Pierre

Née dans le Grand Est, Thérèse Pierre fait des études à Nancy où elle rencontre Emma Pitoizet, celle qui deviendra rapidement sa compagne ; elles veulent toutes les deux devenir professeure. Thérèse, militante communiste, voyage en URSS en 1935, accompagnée de sa bien-aimée. Elles songent, à ce moment-là, à adopter un enfant ensemble. À leur retour en France, l’une est nommée professeure en Lozère, l’autre en Creuse. Elles se séparerent finalement en 1940, Emma épouse ensuite un homme avec qui elle vit en Alsace, alors annexée à l’Allemagne nazie. De son côté, Thérèse s’engagera dans la Résistance en Bretagne. 

En septembre 1942, elle est mutée à Fougères (en Ille-et-Vilaine) là où elle devient la responsable du Front national de lutte pour l’indépendance de la France ; c’est là qu’elle choisit “Madeleine” comme pseudonyme. Elle se charge de la rédaction et de la diffusion de la presse clandestine. Elle participe aussi activement à l’organisation de groupes Francs-tireurs et partisans et à leur armement ; elle a plus de cent hommes sous sa responsabilité. Elle délivre aussi des faux papiers à des clandestins, en héberge occasionnellement chez elle, participe à des transports d’armes et à la préparation de plusieurs opérations contre l’occupant au sein des Francs-tireurs et partisans français

Elle est finalement arrêtée le 23 octobre 1943 par la Gestapo et est incarcérée à la prison de Rennes où elle est torturée par les policiers du SPAC (Service de Police Anti Communiste). Trois jours plus tard, elle est retrouvée pendue au barreau de la cellule ; il s’est avéré que ce n’était qu’une mise en scène pour faire croire à un suicide. Les derniers mots recueillis par ses voisin.e.s de cellule sont “Je ne parlerai pas, ils ne me feront pas parler. Ils n’ont rien obtenu de moi”. 

10. Roberta Cowell 

Roberta Cowell

Pilote de course et pilote de chasse à la Seconde Guerre mondiale, Roberta Cowell est aussi la première femme transgenre britannique connue à subir une chirurgie de réassignation sexuelle dans les années 50. Roberta explique dans son autobiographie qu’elle a ressenti tôt un décalage avec son sexe assigné à la naissance et compensait ce sentiment par des comportements très masculins et agressifs. Par ailleurs, elle découvre qu’elle est intersexuée avec le syndrome du mâle XX, dit “syndrome De la Chapelle”, qui se manifeste par un génotype féminin dans un corps dit “masculin”. 

Roberta fait des études d’ingénieur et commence à participer à des courses automobiles. Plus tard, elle entre dans l’armée. 

En 1941, elle se marie avec Diana Margaret Zelma Charpenter, avec qui elle partage la passion de la course automobile. De ce couple naîtront deux filles. Les deux femmes se séparent en 1948. 

Des années plus tard, elle traverse une dépression et entreprend une psychanalyse : “Il devint évident que la part féminine de ma personnalité, dont j’ai eu conscience toute ma vie et que j’ai sévèrement réprimée, était bien plus fondamentale et profondément enracinée que je ne l’avais supposé.” Elle commence ensuite une prise d’hormones, tout en se présentant en tant qu’homme. 

Elle meurt en 2011, à l’âge de 93 ans. 

Manon & Louise, de la commission Visibilité Lesbienne