Et si nous traversions l’Atlantique pour rencontrer ces peuples réprimés par les colons occidentaux ?

Nous voilà plongé.e.s dans les merveilleux décors sauvages du Dakota du Nord et du Sud du Canada vers le début des années 1800.

Parmi certaines tribus vivaient des personnes dites bispirituelles ou Deux-Esprits. Elles n’étaient pas rattachées à la sexualité mais à un état d’esprit. Souvent défini.e.s comme Hommes-Femmes ou inversement, différents termes étaient utilisés pour les désigner :
Chez les Lakotas : Winktes. Chez les Pawnees et les Arikaras : Berdaches. Chez les Navajo : nádleehé. Chez les Mojave : hwame

Parmi les Deux-Esprits célèbres on retiendra Kaúxuma Núpika.

Núpika est né parmi les Kootenai, un peuple indien pacifique vivant en Colombie Britannique. Très tôt, Núpika se considèrera comme un homme possédant le corps d’une femme.

Alors que la guerre contre les amérindiens fait rage et que l’extension des colonies s’accélère, deux explorateurs David Thompson et John Franklin vont faire la rencontre de Núpika.

Si la première fois Thompson fait la rencontre de la femme, seconde épouse d’un de ses subordonnés, il la retrouvera quelques années plus tard près des sources de Columbia River. Elle avait beaucoup changé et n’était plus la femme qu’il avait rencontrée en 1803.  Son mari blanc l’avait fait changer de sexe et désormais Núpika était devenu homme et s’appelait Grizzly-assis-dans-l’eau.

Thompson rencontra une dernière fois Grizzly-assis-dans-l’eau, cette fois accompagné de son épouse. Tous les deux avaient été chassés par les Chinooks. Grizzly-assis-dans-l’eau était connu pour être prophète et guide pour les trappeurs.

Il gardera en souvenir cette description pour en parler : « la femme qui portait un arc, des flèches, et avait une épouse ». Thompson parlera toujours de Grizzly-assis-dans-l’eau comme d’une femme et jamais comme un homme.

John Franklin, quant à lui, utilisera le terme homme-femme et restera très évasif sur Grizzly-assis-dans-l’eau. Ce dernier sera mortellement blessé lors d’une expédition guerrière.

Les amérindiens n’ont aucune trace écrite de leur passé. Tout s’est toujours transmis par oral. Il faudra l’arrivée des colons pour en apprendre un peu plus sur leurs coutumes. Quelques années après la mort de Grizzly-assis-dans-l’eau, le gouvernement américain a exercé des pressions sur les tribus des plaines « afin que soient bannis tous les comportements jugés immoraux et licencieux ». Plusieurs berdaches furent maltraités et obligés de porter des vêtements masculins (extrait Libération du 15 avril 2014)

Pour plus de détails sur la vie de Kaúxuma Núpika : http://shipwrecklibrary.com/vampire/kauxuma-nupika/

Marie-Paule