Le courage politique c’est aussi celui de reconnaître ses erreurs, ses errements et ses doutes. Il ne s’agit pas ici de blâmer ou de ressasser des circonstances que malheureusement rien ne changera. Il s’agit seulement maintenant d’avancer et d’empêcher que ce reproduise le triste scénario qui se joue autour de ce que l’on appelle aujourd’hui l’affaire Mila.


Le silence des associations LGBTQI + face au sort de Mila a été une faute. J’en prends ma part. Cette faute il nous faut maintenant collectivement la réparer. 
Non pas uniquement pour Mila, victime d’un cyber harcèlement infect qui la condamne à une forme de mort civile, mais aussi pour notre mouvement. 


En tant que Président du Centre LGBTQI + de Moselle, un département où la laïcité est abimée, je sais ce que nos luttes doivent à la liberté de conscience qui doit demeurer absolue dans notre pays. 


Ni dupe des agendas de certains, ni complice des récupérations homonationalistes, le 19 mai prochain dans les rues de Metz je marcherai donc aussi pour Mila, comme pour toutes les personnes, qui ici où ailleurs dans le monde, sont victimes de l’obscurantisme et n’ont pas ou n’auront plus jamais la possibilité de prendre le départ d’une Marche des Fiertés LGBTQI +.

Matthieu Gatipon-Bachette

Millitant de Couleurs Gaies